Thérapies manuelles

Sébastien Tisné – Spécialiste des Thérapies Manuelles et Gestion des Émotions – 39, Boulevard de Magenta – 75010 Paris – Tel : 06 68 69 09 63

 

 

Thérapies Manuelles/Rebouteux

L’ancêtre de l’Ostéopathie

 

C’est une pratique issue des techniques ancestrales de la manipulation du corps menant à la guérison rapide. Ces techniques m’ont été transmises par mon père qui est Ostéopathe mais avant tout rebouteux d’origine (lui même ayant reçu cette transmission par les plus anciens de notre famille). Il a eu la chance de connaitre et fréquenter les anciens Rebouteux Français reconnus. Moi même, quand j’étais enfant, je le suivais et l’accompagnais dans les petits villages de France, d’Espagne, du Maghreb et d’Asie. Nous cherchions toujours la nouvelle technique, le nouveau geste, qui permettrait de soigner encore plus rapidement une entorse, un mal de dos, un tour de rein etc…

Il est important de préciser que ces techniques ne sont en aucun cas figées. L’une des clés essentielle du rebouteux est qu’il possède justement plusieurs techniques. Par exemple, une personne sera traitée avec des techniques souples et douces si elle ne souhaite pas de “force” comme on peut trouver dans certaines manipulations et massages. A l’inverse, si la personne souhaite un toucher puissant, le rebouteux utilisera d’autres techniques où l’on travaille le muscle dans sa profondeur par exemple, (techniques efficaces plus particulièrement dans le cas des blessures causées par les sports où les contacts physiques sont rudes, type Rugby, Football, Boxe etc..).

Les rebouteux sur les terres du chemin de Compostelle

 

Au fil des siècles, les pèlerins de Compostelle se faisaient soigner par ces gens simples, bien souvent agriculteurs, ils se transmettaient de pères en fils ces méthodes de remises en place des articulations. Ces méthodes permettaient de soigner les blessures inévitables des pèlerins qui marchaient pendant des jours, ils se faisaient souvent des entorses ou des douleurs de dos suite à leurs longues marches. Dans certains cas ils faisaient un bandage ou une compresse d’eau salée en complément. Ces méthodes ou gestes sont issus d’une transmission de pratique où toutes théories écrites étaient exclues. Seul LE RÉSULTAT qui permettait au pèlerin de reprendre sa route importait pour eux.

Tous ces pèlerins se rejoignaient à Saint Jean Pied de Port dans le Pays Basque et ils continuaient leurs chemins vers Saint Jacques de Compostelle. Leur santé musculo-squelettique était leur première préoccupation pour continuer leur voyage vers ce lieu de destination tant désiré.

La tâche consistait à replacer les os disjoints ou sortis de leur emplacement naturel. Aucune magie, c’était tout simplement une tradition héritée d’un long apprentissage et d’une transmission de générations en générations.

Une méthode efficace, ayant comme seul et unique but : Reprendre l’activité physique le plus rapidement possible

 

Dans une société de type agricole, les blessures ou accidents relatifs aux os étaient très fréquents. Plutôt que souffrir inutilement durant de longues périodes, les paysans confiaient et confient encore parfois leurs malaises ou leurs bêtes à ces soigneurs issus du peuple. Le travail du soigneur dans ce cas est simple : Il doit faire le plus rapidement possible le diagnostic du problème et trouver comment soigner la douleur de la manière la plus pragmatique.

Ces méthodes n’ont rien à voir de près ou de loin avec les enseignements que l’on trouve dans les différentes écoles de Reboutement actuelles. Ce savoir est empirique et basé uniquement sur l’expérience, jadis commençant par la guérison des blessures animales ( vaches, moutons, chevaux etc..) pour ensuite s’apercevoir que les même soins exercés sur les humains étaient très efficaces.